Comment assurer l'étanchéité des soubassements ?

    Un artisan réalisant l'étanchéité des soubassements d'une construction

    Le soubassement représente la base d’une fondation, il peut être partiellement ou totalement enterré. Ce contact de l’ouvrage maçonné avec le sol implique de nombreuses contraintes aussi bien mécaniques que d’étanchéités. Non seulement le soubassement doit supporter tout le poids de la construction ainsi que la pression du sol, mais il doit aussi résister aux suintements et aux infiltrations. Des soubassements bien étanches permettent ainsi d’éviter de nombreux désagréments, notamment ceux liés à l’eau, à l’humidité, aux racines de végétaux, et aux insectes. C’est donc une phase cruciale déterminant la réussite d’un projet de construction. Mais comment bien les protéger ? Vaut-il mieux les étancher ou les imperméabiliser ? Voici un petit rappel sur l’importance de l’étanchéité des soubassements d’une maison.

    Qu’est-ce que le soubassement d’une construction ?

    Le soubassement désigne l’assise d’une construction qui repose sur les fondations. Cet ouvrage au contact avec le sol est réalisé une fois les fondations coulées et permet de soutenir les murs porteurs ainsi que les façades. Il endure les charges verticales exercées par le poids du bâtiment, et doit subir la pression de la terre qui l’entoure tout protégeant la base de la construction de l’humidité, des racines, et des insectes. Assurer l’étanchéité des soubassements est donc une étape primordiale dans la construction d’une maison, au même titre que le drainage du terrain qui peut intervenir au même moment, et ce, en fonction du type de soubassement choisi.

    Quels sont les différents types de soubassements ?

    Un terrain graveleux, ou un terrain sableux, n’aura pas forcément les mêmes propriétés d’infiltration qu’un terrain argileux nécessitant un drainage par exemple. Selon la nature du sol, il est possible de distinguer trois types de soubassements majeurs :

    • Le soubassement de type hérisson est destiné aux constructions en terrains plats où le sol du rez-de-chaussée repose directement sur les fondations. Le principe consiste à installer un lit de pierres compactées puis de couler la dalle de sol du rez-de-chaussée sur cette base. Cependant en cas de pente même légère, il y a un fort risque d’infiltrations d’eau
    • le soubassement de type vide-sanitaire concerne les constructions surélevées de 40 à 80 cm. Cette technique permet de laisser un espace suffisant entre le sol et les fondations. Idéale sur les terrains en pente, le soubassement sanitaire répond très bien aux problèmes d’infiltrations et d’inondations.
    • le soubassement de type sous-sol permet d’obtenir une surface habitable plus importante, et ainsi de créer des pièces supplémentaires telles qu’un garage en sous sol ou une cave.

    Selon le type de soubassement choisi, il est possible de définir le type de protection à adopter vis-à-vis des risques d’infiltration ou de suintement auxquels est exposé le terrain.

    Pourquoi protéger les soubassements ?

    Sur toute construction, l’isolation entre la terre de remblai et les parois est essentielle. C’est pourquoi la protection des soubassements est devenue une obligation stipulée dans le DTU (document technique unifié) de la construction et de la maçonnerie.
    Cette protection ne se cantonne pas à la pose d’une nappe d’étanchéité alvéolaire assurant une isolation mécanique et éventuellement un drainage.

    Au contraire, l’étanchéité du soubassement se fait avant la pose de la protection, afin de réaliser une isolation parfaite entre la terre de remblai et les parois maçonnées. Il existe d’ailleurs deux niveaux d’étanchéité du soubassement :

    • l’imperméabilisation
    • l’étanchéité stricte

    Bien que distinctes, ces deux techniques sont souvent confondues à tort.
    L’étanchéité stricte consiste à faire obstacle au passage de l’eau et à l’air chargé d’humidité qui représente une source de condensation non négligeable. Elle ne laisse donc rien passer contrairement à l’imperméabilisation.

    L’imperméabilisation se limite, quant à elle, à empêcher uniquement le passage de l’eau et non de l’air ou des vapeurs d’eau. Cette technique laisse ainsi le matériau du soubassement respirer grâce aux échanges aérauliques.
    Et c’est en fonction de ces deux types d’étanchéité qu’il faut choisir le produit ou le matériau à appliquer sur le soubassement.

    Quels matériaux et quels produits pour les soubassements ?

    Afin d’assurer drainage, étanchéité, et imperméabilisation, les matériaux classiques (granulats et géosynthétique) ont laissé place aux nappes à excroissances.

    Les nappes d’étanchéité à excroissances enterrées (NEPE) se présentent sous la forme de films épais en polyéthylène extrudé à haute densité (PEHD) imputrescible.
    D’un côté, elles sont parsemées d’alvéoles et de l’autre, de bulles. Ces nappes isolent physiquement les soubassements tout en créant une lame d’air de découplage entre le remblai et la construction. En complément d’une nappe de protection, il faut recourir à des produits imperméabilisants.

    Les produits imperméabilisants

    Ces produits se retrouvent sous forme de peinture ou d’enduits à appliquer par projection ou par étendage directement sur la maçonnerie.
    Il existe actuellement deux grandes familles de produits d’imperméabilisation du soubassement sur le marché : les produits gris et les produits noirs.

    Les premiers résultent d’un mélange à base de ciment tandis que les seconds sont à base de bitume et s’appliquent comme une peinture épaisse. Le mortier, auquel un hydrofuge aura été ajouté, devra être réalisé en 2 couches et devra dépasser de 15 cm le niveau de la terre.

    Les produits d’étanchéification

    Ce sont des revêtements souples en bitume élastomère qui se présentent sous la forme d’un film caoutchouteux avec lequel est appliqué le soubassement traité avec un primaire d’accrochage. Les produits d’étanchéité se distinguent en fonction de leur méthode de pose : à souder ou à coller.

    Dans le cas d’un complexe à souder, les bandes de films sont soudées ensemble durant leur application avec un recouvrement afin de réaliser une membrane totalement étanche et adhérant aussi au support par soudage. Ce soudage à chaleur modérée s’effectue par le biais d’un simple chalumeau d’étancheur.
    Et dans le cas d’un complexe à coller, les bandes se collent entre elles à froid avec un recouvrement suffisant mais aussi contre le mur grâce au primaire dont il a été enduit.

    Quoi qu’il en soit, il faut bien faire la distinction entre les produits d’étanchéification et imperméabilisation. Un produit noir de type EIF constitue une imperméabilisation et non une étanchéité. Cette différence est notable car en cas de tassement du support, l’imperméabilisation se dégradera très vite provoquant inévitablement des infiltrations.

    Quel est le prix de l’étanchéité ?

    Les produits d’étanchéité tout comme les produits d’imperméabilité de soubassements sont des solutions disponibles aussi bien sur les sites internet que dans les boutiques spécialisés dans les fournitures de BTP. Le prix d’une protection de soubassement comprend la fourniture, la pose d’enduits et/ou de mortiers, puis la réalisation de la nappe alvéolaire.

    Pour donner un ordre d’idées à vos clients, la confection et la pose d’un mortier ou enduit d’imperméabilisation coûtent entre 30 et 60€/m², et la nappe alvéolaire entre 3 et 5€/m². Ajouté à cela, votre intervention en qualité d'artisan professionnel. Puis il leur faudra compter la même somme quant à la fourniture et la pose d’un film d’étanchéité à souder ou à coller.

    Laisser un commentaire