Retour

Commutateurs de transfert : fonctionnement, propriétés et installation

commutateur de transfert

12 févr. 2024

Les commutateurs de transfert assurent la commutation d’une alimentation électrique à une autre, notamment en cas de panne de courant.

Les commutateurs de transfert sont des dispositifs électriques indispensables pour basculer d’une source principale d’électricité à une source secondaire. Ce dispositif permet également d’assurer la sécurité d’autres équipements électriques pendant la commutation (ex. : convertisseur ou onduleur de panneaux solaires).

Plusieurs modèles sont proposés, selon l’utilisation souhaitée. Pour la sécurité de l’installation électrique et des usagers, il est essentiel de choisir un modèle adapté à ses besoins.

Comment fonctionne un commutateur de transfert ?

Un commutateur de transfert est un équipement électrique permettant de commuter l’alimentation électrique entre deux sources d’énergie. Ce type de dispositif est notamment utilisé lorsqu’un bâtiment est alimenté par une source d’énergie principale (ex. : réseau électrique Enedis) et relié à une source d’énergie secondaire (ex. : un groupe électrogène).

Pour cela, le fonctionnement de base des commutateurs de transfert est le suivant :

  • détection d’une panne de courant (baisse de tension ou perte de courant) ;
  • activation de la commutation vers la source d’alimentation de secours (ex. : générateur) ;
  • détection du rétablissement de l’alimentation principale ;
  • commutation vers la source principale d’énergie.

Durant ces différentes phases, le commutateur de transfert peut opérer plusieurs tests automatiques afin de contrôler la tension électrique de chaque source d’énergie. Sur un modèle à commutation automatique, le commutateur peut ainsi basculer automatiquement sur la source d’énergie de secours et vice-versa selon la disponibilité de la source principale.

Quels sont les différents types de commutateurs de transfert ?

Vous pouvez retrouver toute une sélection de commutateurs de transfert avec différents modes d’activation de l’interrupteur ou du contacteur :

  • le commutateur de transfert manuel, qui nécessite une intervention manuelle pour effectuer la commutation entre deux sources d’énergie ;
  • le commutateur de transfert automatique (ATS — Automatic Transfer Switch), capable de détecter une panne de courant et de commuter automatiquement et rapidement vers la source d’alimentation de secours ;
  • le commutateur de transfert statique (STS – Static Transfer Switch), qui utilise un dispositif de commutation à semi-conducteur (ex. : un thyristor) pour faire une commutation automatique d’une alimentation électrique à une autre sans perte de puissance ;
  • le commutateur de transfert à double alimentation permettant de connecter deux sources d’alimentation simultanément afin d’avoir à disposition une quantité d’énergie redondante.

Un commutateur de transfert peut ainsi être proposé dans différents modèles selon les besoins de l’utilisateur.

Comment bien choisir un commutateur de transfert ?

Les principaux facteurs à prendre en compte au moment de choisir un commutateur de transfert sont les suivants :

  • le type de commutation souhaitée (manuelle ou automatique) ;
  • la capacité de charge électrique en volts (courant électrique monophasé ou triphasé, basse tension…) que peuvent supporter le dispositif et le câblage ;
  • la durée de la commutation ;
  • le nombre de pôles de commutation, de connecteurs et de bornes ;
  • la comptabilité avec les sources d’alimentation ;
  • la nécessité ou non de bénéficier d’alimentations redondantes ;
  • l’intégration ou non d’un disjoncteur différentiel au sein du commutateur en cas de court-circuit, ce qui permet de libérer au besoin un emplacement sur le rail DIN parmi les autres disjoncteurs du tableau électrique ;
  • la conformité du dispositif aux normes et réglementations électriques en vigueur.

Le choix du modèle de commutateur va donc dépendre en grande partie des besoins en alimentation électrique de l’utilisateur. Certaines applications nécessitent une vigilance accrue dans le choix du commutateur afin d’assurer une alimentation électrique continue (ex. : services de secours, centres de soins…).

Installation et maintenance : quels sont les bons réflexes ?

Pour l’installation d’un commutateur, les principales précautions à respecter sont :

  • de choisir un emplacement pour le boîtier permettant un accès facilité pour brancher et entretenir le commutateur ;
  • de se référer à la notice d’installation et aux normes électriques applicables pour le raccordement au tableau électrique ;
  • d’effectuer un test de fonctionnement une fois le branchement effectué.

Concernant la maintenance d’un commutateur, il est conseillé :

  • d’inspecter périodiquement le commutateur avec les différents câbles, afin de vérifier qu’il n’y ait pas de signe de dommage, d’usure ou de corrosion ;
  • d’effectuer périodiquement un test de fonctionnement.

Les commutateurs de transfert permettent ainsi de sécuriser une installation électrique, en veillant à une commutation sécurisée et fiable entre deux sources d’alimentation. Comme tout dispositif électrique, les commutateurs de transfert exigent le strict respect des règles de sécurité et des préconisations de leur fabricant lors de leur installation et utilisation.

Trouver votre artisan Chauffagiste

Laisser un commentaire

 

* Champs obligatoires

Projet

Salle de bains

Projet

Chauffage / Climatisation