Retour

Utiliser l'énergie des serveurs informatiques pour la production d’ECS

chaudière numérique

17 nov. 2020

La Start-up Stimergy part du constat que les serveurs informatiques dégagent une chaleur importante. Plutôt que de gâcher ces calories, elle a mis au point une chaudière capable de transformer cette énergie afin de produire de l'eau chaude sanitaire.

Des économies sur la production d’eau chaude et sur l’énergie absorbée

Il existe de nombreux secteurs où l’on fait appel aux centres de données informatiques (Data centers) pour réaliser des calculs, héberger des sites Internet, ou encore permettre aux entreprises d’offrir des solutions pour la gestion de paie, la comptabilité et la gestion de projets.

C’est notamment le cas pour le monde universitaire ou pour des immeubles résidentiels accueillant des entreprises la journée. Les services tels que la messagerie ou les agendas génèrent une chaleur si importante que les responsables informatiques doivent investir dans des solutions capables de refroidir ces installations pour éviter la surchauffe.

On notera que les géants de l’internet tels que Google, Facebook ou encore Apple introduisent des systèmes à énergies renouvelables en amont de la construction de leurs centres de données informatiques.

Mais alors comment réaliser des économies sachant que les data centers de demain seront bien plus petits et seront présents dans l’ensemble de nos entreprises ? C’est sur cette problématique que s’est penchée la startup Stimergy en aboutissant à un système surnommé la « chaudière numérique ». L’objectif est à la fois de réduire l’énergie absorbée par les serveurs informatiques, mais également de réaliser des économies sur la production d’eau chaude sanitaire.

Des applications concrètes en place dans la région Grenobloise et à Lyon

Il y a quelques années, deux « chaudières numériques » ont été installées sur le territoire Français. La première a été installée à dans un immeuble de logements sociaux à Grenoble et la seconde dans un bâtiment de l’Université Jean Moulin Lyon 3.

La start-up va dans un premier temps concentrer ses efforts dans les établissements supérieurs dans le cadre du Plan vert instauré par la loi du 3 août 2009. Cette loi vise à inscrire les établissements dans une démarche de développement durable.

Le deuxième axe de mise en œuvre de l’installation concernera les collectivités locales qui seraient susceptibles d’accueillir des serveurs sécurisés dans les immeubles d’habitation ou les piscines qu’elles gèrent pour faire des économies de chauffage.

L’objectif de Stimergy serait par la suite d’être à la tête d’une infrastructure de mini data-centers « éco responsables » dont les ressources seraient louées à des entreprises à des tarifs compétitifs. Les résidences concernées ne paieraient, elles, qu’un droit au raccordement.

Jusqu’à 60 % des besoins annuels d’un bâtiment résidentiel en énergie pour la préparation d’ECS

Dans les faits, la chaudière numérique de Stimergy peut couvrir jusqu’à 60 % des besoins annuels d’un bâtiment résidentiel en énergie pour chauffer l’eau chaude sanitaire. La chaudière est composée de 22 serveurs qui dissipent une puissance crête de 6 000 Watts. 94% de l’énergie électrique consommée par la chaudière - énergie incluant celle du système de refroidissement - est récupérée, proposant ainsi un indicateur d'efficacité énergétique (PUE) de 1,06. Nul doute que ce type d'installation permet de réaliser des économies d'énergie, tout en présentant une bonne performance énergétique.

Trouver votre artisan Chauffagiste

Laisser un commentaire

 

* Champs obligatoires

Projet

Salle de bains

Projet

Chauffage / Climatisation